Photo du lab

Un espace de création et de fabrication numérique ouvert à tous permettant à chacun de découvrir, d'inventer et de fabriquer tout type d'objet.

Condition d'accès
Adhésion à l'association
Tarif minimum : 12,50 €
Adresse de l'atelier
MJC Louis Aragon
Place Gaillard Romanet
69500 Bron
Site web
fablab-lyon.fr
Réseau
Open ARA
Contact

Capacité d'accueil
19 personnes maximum
  • Atelier de 70m²
  • Ouvert en Mars 2013
  • Association loi 1901

La Fabrique d’Objets Libres

Fablab associatif MIT

Visité par MakerTour le 07.10.2015 icone facebook icone LinkedIn icone Twitter icone Contact

La Fabrique d’Objets Libres en détails

Tout ce que vous avez besoin de savoir avant de vous rendre dans cet atelier

Horaires horaire de La Fabrique d’Objets Libres Moyens d'accès & accessibilité
Afficher une carte plus grande dans un nouvel onglet
  • Voiture / parking
  • Transport en commun
  • PMR
Publics & usagers Machines
  • Découpe laser
  • Découpe vinyle
  • Imprimantes 3D
  • Electronique
  • Perceuse à colonne
  • Etabli outillage
Services Ateliers proches
  • La M[y]ne - La paillasse Saône
  • YOUFACTORY
  • Areva Lab'in'Lyon
  • Fablab du Programme IDEA
  • SEBLab

Visite guidée du La Fabrique d’Objets Libres

Interview de Dimitri Ferrière et immersion dans le lieu


Les 6 thématiques de MakerTour

Comprendre en profondeur le modèle et les pratiques de cet atelier

Afin de documenter et de vous faire partager les fablabs et ateliers explorés, MakerTour a développé son propre modèle de documentation.
Retrouvez les sujets analysés ainsi que les questions posées aux lieux sur movilab.org

Finalités

La Fabrique d’Objets Libres est une initiative d’un collectif de designers voulant partager un atelier physique et des ressources. Intéressés par le design libre et participatif, l’univers des fablabs attirent leur attention. Ensembles, ils décident de monter un atelier ouvert à tous, d’abord dédié aux designers et étudiants.

L’histoire commence sans locaux fin 2011. Le collectif s'adresse alors à des personnes impliquées dans des projets longs, et non des utilisateurs ponctuels. L'atelier trouve un premier local dans les murs de l’association CoBois (octobre 2012). Suite à un festival où ils déploient un fablab temporaire, la MJC de Bron propose de les accueillir (avril 2013). Depuis, la Fabrique d’Objets Libres y est installée de façon pérenne.

L'idée de départ était de concevoir ensemble un catalogue d’objets libres de droit (origine du nom du fablab). Mais la mission a changé naturellement lorsque des makers de tous horizons se sont mis à peupler le lieu, ce qui n’avait pas été anticipé par le collectif.

Cet engouement s'explique notamment par la participation fréquente de l’association à des événements extérieurs (100 en 3 ans) et son appartenance au mouvement fablab, ouvert à tous. Aujourd'hui, la Fabrique d'Objets Libres adapte son fonctionnement à cette population hétérogène d’utilisateurs.

Usages

Aujourd’hui, on trouve de tout parmi les utilisateurs de la Fabrique d’Objets Libres : étudiants, personnes âgées, personnes actives, personnes qui veulent créer une entreprise ou qui ont déjà une entreprise. Ces adhérents ont entendu parler du fablab sur des événements, par la recherche web “fablab Lyon” et le bouche-à-oreille.

Ces personnes viennent pour se former et être accompagnées dans l’utilisation des machines, découvrir ce que l’on peut faire avec. Certains adhérents ont pourtant accès à des ateliers “fermés” par ailleurs (fablab de leur école par exemple) mais la Fabrique d'Objets Libres offre un lieu ouvert qui s’adapte davantage à leurs besoins. Interrogée sur la notion de communauté, l'équipe avoue que beaucoup d’utilisateurs viennent au départ à l'atelier pour sa dimension technologique. Mais tous se retrouvent à faire partie de la communauté de façon naturelle.

La vie de la Fabrique d’Objets Libres est rythmée par différents temps : les temps libres, le prototypage, les formations et ateliers et les jeudi bidouilles. Parmi leurs 190 adhérents, un noyau dur d’une vingtaine de personnes s’investit aux côtés de l’équipe dans la vie de l’association aussi bien en interne que sur les événements externes.

Pédagogie & animation

L’équipe de la Fabrique d’Objets Libres est constituée de deux fabmanagers, un service civique et des stagiaires. Une formation de base est proposée avant d'utiliser le lab en autonomie, ce qui crée des interactions et forge la communauté. Mais les retours d’expérience montre que cette formule ne convient pas à la personnalité et aux besoins de tous.

Les temps libres et les jeudi bidouilles favorisent l'échange de compétences et incitent à travailler ensemble. L'auto-organisation est la base du fonctionnement de la Fabrique d'Objets Libres, surtout lors de ces moments où tout s'échange.

L’équipe de l’association souhaite stimuler les échanges en se concentrant davantage sur la communauté, après 3 années d’efforts continus d’ouverture sur l’extérieur. Aujourd’hui, les projets qui naissent dans le lab ne sont pas véritablement suivis. Faute de temps à consacrer aux challenges de documentation des projets et de cartographie des compétences.

Au-delà des événements, la Fabrique d’Objets Libres s'ancre dans son territoire par de nombreux partenariats : région, écoles, institutions. Ils ont essentiellement une nature de formation et de médiation, pour aider chaque acteur du territoire à voir ces lieux comme des outils à leur disposition.

Documentation

Pour garder trace de ce qui se passe dans le fablab, la Fabrique d’Objets Libres a monté un wiki qui se remplit au bon vouloir de quelques utilisateurs. A minima, on y trouve les plans de fabrication. L’important pour l’équipe, c’est surtout de documenter (aussi bien les “fails” que ce qui fonctionne), mais pas forcément que par leur wiki !

D'autres outils populaires sont utilisés dans le lab (Movilab, Instructables, Thingiverse). L'équipe s'est récemment inscrite sur Makake et participe aux conversations à ce sujet parmi la communauté des fablabs francophones.

Sur le principe moral, ils rejoignent tout le monde sur l’importance de la documentation. Mais cela demande trop d’efforts et de temps. Ils nous avouent que même le coeur de la communauté ne le fait pas systématiquement, que trouver des solutions pour stimuler est un casse-tête.

Un système de FabCoins (monnaie alternatives des fablabs) est à l’étude pour pouvoir récompenser les utilisateurs qui documentent leurs projets. Ce système de “bons points” ne les satisfait pas pleinement. Mais selon eux, avoir moins de 5% des projets de l'atelier documentés, pour une asso du libre en plus, c’est un échec !

Lien vers leur wiki > wiki.fablab-lyon.fr

Modèle économique

Les locaux successifs furent proposés à La Fabrique d'Objets Libres par d'autres structures. L'atelier a été équipé grâce à des dons (découpe vinyle), des achats autofinancés et l'aide de partenaires (découpe laser par la MJC Bron). Le lancement du projet a coûté environ 30.000 euros.

Le fablab a grandi aujourd'hui avec 2 salariés, 1 service civique et 5 bénévoles. L'atelier est ouvert 40 heures par semaine et fédère une communauté d’une centaine d’utilisateurs de tous horizons. Association de loi 1901, son budget annuel s’élève à 25.000 euros.

Les revenus proviennent équitablement des adhésions, temps de prototypage, événements extérieurs et formations/ateliers. Côté dépenses, on retrouve les salaires, les matières premières et le renouvellement des machines. Leurs principaux partenaires sont la MJC, TRI Rhône-Alpes et la M[y]ne. Les utilisateurs ont découvert le fablab par des événements, par le site web et par le bouche-à-oreille.

Pour étudier son impact, l’équipe du fablab est attentive au nombre d’adhérents, aux retours terrain et aux recommandations. Ils cherchent un moyen de connaître le nombre de personnes qui reviennent et à quelle fréquence.

Spécificité du lab

La Fabrique d’Objets Libres est imprégnée de la culture du libre, qui se traduit à la fois dans son identité et son fonctionnement. Cette spécificité a évolué dans le temps, d’une équipe de l’association aux suivantes. D'une volonté de créer un catalogue d’objets libres, la mission est aujourd’hui également d’en donner l’accès au plus grand nombre, au-delà des seuls makers et usagers de fablabs. La Fabrique d’Objets Libres promeut le libre, l’univers des fablabs et la collaboration au quotidien au sein de son territoire. C’est par son impulsion que l’actuel réseau OpenARA (réseau régional des acteurs de ces univers) a commencé à prendre forme il y a quelques mois.

Interrogée sur ses pratiques environnementales, l'équipe répond que le contexte de l'atelier amène naturellement un comportement attentif. Ils tentent par exemple d'utiliser au maximum des chutes industrielles issues de la Friche Market, magasin associatif de stockage et revente de chutes. Un projet est en cours pour bricoler une Filabot, machine servant à créer du filament d'impression 3D en broyant des chutes et objets plastiques inutilisés. Et s'ils n'ont pas encore les ressources pour faire de la véritable réparation d'objets, la demande côté utilisateurs est déjà forte !

Les bonnes pratiques du La Fabrique d’Objets Libres

Les initiatives de cet atelier dont tout le monde devrait s'inspirer

Temps Libres

Qu’est-ce que c’est ?
Des temps consacrés à la promotion de la culture du libre où le fablab est disponible uniquement pour réaliser des projets documentés et sous licence libre.

Concrètement ?
Lors de ces temps, on produit des objets libres que chacun est capable peut recréer à partir d’un simple fichier. Le mode opératoire de l’atelier change alors. L’accès aux machines se fait gratuitement, on paie seulement sa matière première mais on attend son tour sans pouvoir réserver les machines. Comment vérifier ? Eux fonctionnent à la confiance, cela se remarque si quelqu’un se sert de l’atelier pour une utilisation commerciale.

Pourquoi est-ce intéressant ?
Cela stimule une utilisation zen de l’atelier, sans stress économique. Sinon les utilisateurs veulent rentabiliser à tout prix leur temps dans le lab, ce qui bride les échanges et possibles retours sur son projet. C’est une autre façon de concevoir son modèle économique. La Fabrique ne peut le recommander que si le fablab a une fréquentation régulière.

Handilab

Qu’est-ce que c’est ?
Un appel à projets pour se servir de la fabrication numérique pour créer des objets spécifiques aux personnes handicapées.

Concrètement ?
L’idée du projet HandiLab au sein de la Fabrique d’objets libres est celle d’un espace d’expérimentation, un appel à projets permanent, sur le handicap et la fabrication numérique. Cette idée vient d’un ancien président de l’association qui était infirmier, puis de l’avant-dernier président dont la famille travaille dans le domaine de la santé.

Pourquoi est-ce intéressant ?
Pour en découvrir plus sur cette bonne pratique, l’Agence 50A y a consacré un article dans son blog en juillet 2014

Ateliers Replay

Qu’est-ce que c’est ?
Des ateliers de réparation de jouets pour les enfants

Concrètement ?
Collaboration avec Adélaïde Devos, les ateliers Replay démarrent à partir de 5-6 ans et ont lieu occasionnellement. Un enfant peut venir avec son jouet cassé et le répare avec l’équipe à ses côtés (parties électroniques, pièces réimprimées en 3D). Il finit plus souvent détourné que réparé en l'état, mais sort de sa passivité. L’enfant comprend que son jouet a une vie, et les questions d’obsolescence programmée sont abordées sans prétention.

Pourquoi est-ce intéressant ?
Cette initiative est une incarnation de la lutte contre l’obsolescence programmée. Elle permet de toucher un public extrêmement jeune, ce qui est pas évident avec une activité de fablab. Et enfin parce que c’est vraiment l’occasion d’initier au hacking facilement et profondément à la fois.

Les chantiers de demain

Les futurs développements et challenges prévus pour cet atelier

La Fabrique Mobile

La MJC de Bron était une graine qui va donner trois branches, la première étant la Fabrique Mobile. D’une part l’équipe du fablab souhaite que le service d’atelier partagé devienne mobile pour pouvoir toucher un public encore plus large, pour pouvoir aller vers les adhérents plutôt que le contraire.

D’autre part, de nombreux acteurs et lieux n’ont pas forcément besoin d’un fablab permanent, c’est pourquoi une Fabrique Mobile pourrait alors prendre tout son sens.

l'extension du fablab

Les deux autres branches sont l’atelier dans la MJC et l’extension du lieu sur un autre site. L’équipe souhaite conserver le partenariat avec la MJC de Bron notamment pour continuer d’assurer la mission d’éducation populaire et la sensibilisation de jeunes adhérents. Cette association est naturelle à leurs yeux. La MJC sera en travaux à partir de 2017. Ce futur événement a amené une réflexion autour d’un lieu plus ambitieux.

L’équipe voudrait un lieu qui mêle fablab et artisanat avec également des liens forts vers le monde de l’entreprise où tous pourraient rêver et créer des choses. Ils parlent de prototypage, d’open hardware, d’ouvrir une boutique, de permettre à leurs adhérents de travailler véritablement les matériaux au-delà de leurs 4 machines de bases. Un prototype de lieu verra le jour pour le printemps, avec une volonté d’être pleinement opérationnels en 2017.


Ressources complémentaires

Quelques liens et medias sur ce lab

Pour terminer, MakerTour souhaite remercier les responsables et les utilisateurs du La Fabrique d’Objets Libres
pour leur accueil chaleureux et le temps qu'ils nous ont consacré !