Photo du lab

Kelle Fabrik est un véritable espace collaboratif dijonnais permettant la rencontre de personnes et la mise en œuvre de projets personnels ou professionnels, ayant en commun d’allier créativité et innovation.

Condition d'accès
Adhésion à l’association
A partir de 25 euros/an
Adresse de l'atelier
IUT De Dijon
Boulevard Docteur Petitjean
21000 Dijon
Site web
kellefabrik.wordpress.com
Réseau
Réseau Français des Fablabs
Contact

Capacité d'accueil
19 personnes maximum
  • Atelier de 35m²
  • Ouvert en Avril 2014
  • Association loi 1901

Kelle Fabrik

Fablab associatif MIT

Visité par MakerTour le 07.01.2016 icone facebook icone LinkedIn icone Twitter icone Contact

Kelle Fabrik en détails

Tout ce que vous avez besoin de savoir avant de vous rendre dans cet atelier

Horaires horaire de Kelle Fabrik Moyens d'accès & accessibilité
Afficher une carte plus grande dans un nouvel onglet
  • Voiture / parking
  • Transport en commun
  • PMR
Publics & usagers Machines
  • Imprimantes 3D
  • Découpe fil chaud
  • Découpe vinyle
  • Table lumineuse
  • Machines à coudre
  • Surfileuses
  • Extrudeur plastique
  • Bac à ultrason
  • Electronique
  • Postes informatiques
  • Etabli outillage
Services Ateliers proches
  • L’Abscisse
  • Ateliers D’calés
  • Fablab Net-IKi
  • Fablab Champagnole
  • Fablab Arbois

Visite guidée de Kelle Fabrik

Interview de Laurence Berthoud Lafarge et immersion dans le lieu


Les 6 thématiques de MakerTour

Comprendre en profondeur le modèle et les pratiques de cet atelier

Afin de documenter et de vous faire partager les fablabs et ateliers explorés, MakerTour a développé son propre modèle de documentation.
Retrouvez les sujets analysés ainsi que les questions posées aux lieux sur movilab.org

Finalités

Le projet Kelle Fabrik est né de l’esprit de trois femmes formatrices-consultantes dans différents domaines. Par leur métier, elles constatent que peu d’outils et d’accompagnement existent pour les personnes en entreprise qui ne sont pas bien dans leur métier ou leur peau. Quelle place est accordée au droit à l’erreur et à la formation ?

En 2012, une idée germe : celle “d’un endroit où les gens peuvent se rencontrer, peuvent fabriquer des choses, peuvent parler projets, peuvent parler avenir. Un endroit où on participe et un endroit où l’on cocrée des choses de manière positives ! En recherchant des exemples, elles découvrent le concept des fablabs, au nombre de 5 à l’époque en France. L’écho à leur projet est immédiat, ce lieu sera un fablab à Dijon.

Pourquoi un fablab ? “J’ai envie de fabriquer et je le fais. Fabriquer quelque chose te met dans une spirale positive, elle est là la puissance du réseau des makers.”

L’association est créée en août 2012, une vingtaine de personnes commence à graviter autour du projet en 2013. Le monde de l’entreprise faisant partie de leur ADN, elles répondent à l’appel à projets du gouvernement fin 2013. Et si le dossier n’est pas retenu, le projet se structure, obtient une subvention régionale, et l’IUT de Dijon propose de leur mettre une salle à disposition. L’aventure commence début 2014.

Usages

Aujourd’hui, les utilisateurs de Kelle Fabrik sont des familles accompagnées de leurs enfants, parfois scolarisés à la maison. Des étudiants plein d’idées et de projets. Des personnes salariées qui viennent pour leurs hobbys (des vélos pour sa famille, des drones, des imprimantes 3D et des fraiseuses, des idées farfelues, des envies d’apprendre).

La plupart ont découvert Kelle Fabrik lors d’événements ou d’animations comme la Fête de la Science, le Mois de l’Innovation en Bourgogne ou la Semaine de l’Entreprise. Le bouche-à-oreille et les rencontres jouent également un rôle fort. Et si certains utilisateurs ne font que passer, en moyenne ils reviennent tout de même sept fois par an.

Ce qu’ils viennent chercher selon Laurence : de la formation sur les machines, la participation à des ateliers et un accompagnement pour les premiers pas d’un projet. Au-delà de se former, de découvrir, d’apprendre, de se servir des machines, des projets collaboratifs voient le jour et des réunions projets s’organisent entre les adhérents.

Il arrive fréquemment que les adhérents du fablab proposent des ateliers et s’en occupent de manière autonome, tandis que d’autres proposent leur aide en faisant une permanence de temps en temps.

Pédagogie & animation

L’équipe élargie qui anime Kelle Fabrik au quotidien se compose du bureau de l’association, de services civiques, et d’adhérents. Les premiers donnent une dynamique, gèrent les relations extérieures, suivent les projets, etc. Les membres eux donnent des coups de main sur le site Internet et l’animation de la communauté par exemple. Même si Laurence (présidente) rappelle que “chacun fait ce qu’il veut, quand il veut” !

Quand une personne arrive à Kelle Fabrik avec un projet, la première question qui est posée est de savoir si le projet est individuel ou à perspective collaborative. Le besoin concerne-t-il l’utilisation des machines ? La recherche de compétences ? Une fois le questionnaire de compétences rempli, l’utilisateur sera suivi et coaché par Laurence si besoin, ou incité à monter et piloter un groupe de travail.

Les moments forts pour échanger et faire ensemble sont les apéros-projets (tous les deux à trois mois) et les ateliers (fréquemment). Lors des apéros-projets, les avancées et les projets sont présentés, des groupes se forment. On y propose également des idées d’ateliers. Si le fablab donne l’impulsion des ateliers, ce sont les membres qui prennent ensuite la main ensuite.

“Quand les gens viennent, ils développent une curiosité à faire les choses autrement.”

Documentation

Kelle Fabrik avoue ne garder que peu trace de ce qui se passe dans le fablab aujourd’hui. La forme de documentation la plus utilisée ici est la photographie. Les autres outils sont un classeur de documentation, une page sur le site Internet pour les projets en cours ainsi que des “pads” collaboratifs de prise de notes. Toutefois, ces outils sont encore peu alimentés.

Laurence (présidente de Kelle Fabrik) explique : “on commence à y réfléchir, mais on ne sait pas encore comment on va faire. Il faut que l’on mette cela en place, c’est une part du collaboratif. Mais il faut le bon outil.”

Aujourd’hui, les ateliers et réunions font l’objet d’un compte-rendu, partagé aux membres par mail. Des photos sont prises par ceux qui sont présents et partagées sur les réseaux sociaux. Pour les projets, le chef de projet et les membres de l’équipe font comme ils le désirent.

Modèle économique

Les trois fondatrices de Kelle Fabrik ont monté le projet avec très peu de moyens, “moins de 5.000 euros”. Suite à la désillusion de l’appel à projets fablab du gouvernement fin 2013, l’IUT de Dijon leur propose un local dans ses murs pour 2.500 euros l’année. “Nous sommes parties de rien de tout” grâce à de la récup’, des dons et des prêts. L’obtention d’une subvention de la région (40% des investissements jusqu’à 100.000 euros) permet de financer l’achat d’une imprimante 3D professionnelle.

Aujourd’hui, Kelle Fabrik tourne grâce à une dizaine de réguliers et deux services civiques. L’association loi 1901 possède un budget annuel de 30.000 euros et se finance par des subventions (11.000 euros pour l’entrepreneuriat féminin), des dons d’entreprises, les adhésions de la centaine d’adhérents, les ateliers, des interventions et conférences, la privatisation du lieu ainsi que du prototypage. Côté dépenses, ce sont le loyer, l’amortissement des machines, les consommables et les salaires qui priment.

Les évolutions prévues : un déménagement dans une ancienne halle SNCF, l’ouverture de nouveaux ateliers et l’arrivée de nouvelles machines. Côté indicateurs, l’équipe prête attention aux nouveaux adhérents, à la fréquentation des apéros-projets, et aux personnes qui reviennent !

Spécificité du lab

La particularité de Kelle Fabrik parmi les fablabs et ateliers français provient de ses trois fondatrices. Ensemble, elles ont décidé de monter un lieu mariant le concept de fablab à l’entrepreneuriat féminin, aux PME et aux entreprises.

Cela se concrétise par une communauté composée d’une part importante de femmes par rapport aux autres fablabs : un tiers des adhérents et la majorité de l’équipe encadrante. Kelle Fabrik participe à des événements spécifiques (Semaine de l’Entreprise, Mois de l’Innovation) et organisent des ateliers thématiques (soirées “techno-filles”, ateliers coutures).

Côté environnement, Kelle Fabrik ne possède pas de pratique particulière mais tente d’adopter un comportement responsable au quotidien : récupération de chutes, réutilisation des matières premières, tri des déchets, et incitation des utilisateurs à la réparation de leurs objets. A noter toutefois l’entrée en fonctionnement prochaine d’une extrudeuse à filaments pour produire du plastique à base de granulés recyclés !

Les bonnes pratiques de Kelle Fabrik

Les initiatives de cet atelier dont tout le monde devrait s'inspirer

Apéros projets

Qu’est-ce que c’est ?
Tous les deux à trois mois, la communauté du fablab Kelle Fabrik se réunit lors de soirées où tout le monde échange sur ses projets.

Concrètement ?
Lors de ces apéros projets, Laurence (présidente du fablab) fait l’introduction, explique où en sont les projets en cours depuis la dernière fois. Les membres amènent à manger, à boire, et présentent leurs projets. Les rencontres se font naturellement et des groupes se constituent.

Pourquoi est-ce intéressant ?
Ces apéros-projets sont les moments forts pour échanger, partager son projet, trouver des personnes et des compétences, passer un bon moment et profiter de la dynamique. “Certaines personnes ne viennent qu’aux apéros projets et en ressortent boostées !”

Ateliers proposés et organisés par les membres

Qu’est-ce que c’est ?
Les adhérents du fablab proposent des thématiques pour des ateliers et les organisent de manière autonome.

Concrètement ?
Lors des apéros-projets, des idées d’ateliers sont proposées par les membres. L’équipe du fablab capte ces idées, se charge d’en reparler avec les adhérents concernés et donne l’impulsion pour passer à l’action. Ces personnes s’en occupent de manière autonome réorganisent des ateliers, viennent prendre les clés. L’atelier couture par exemple a lieu sur l’autre site, deux fois par mois.

Pourquoi est-ce intéressant ?
Au-delà des machines, les fablabs sont un outil de prise d’autonomie pour les individus, et laisser la main à ses membres dans l’organisation d’ateliers et dans la vie du lieu est essentiel.

Les chantiers de demain

Les futurs développements et challenges prévus pour cet atelier

Déménager dans une ancienne gare SNCF

Dans les prochains mois, Kelle Fabrik va déménager de l’IUT de Dijon, là où l’aventure a débuté, pour investir une ancienne gare SNCF. Ce nouveau local présente de nombreux avantages pour eux : surface plus grande, liberté concernant les horaires d’ouverture, emplacement géographique central à Dijon. Le projet du fablab va pouvoir se déployer après avoir fait ses preuves.

Articuler Kelle Fabrik (association) et La FAB (entreprise)

Le monde de l’entreprise fait partie de l’ADN du projet Kelle Fabrik. En complément du fablab et des activités associatives, une seconde structure s’adresse aux professionnels : La FAB (pour Fabrication Additive de Bourgogne). La FAB s’intéresse à l’accompagnement de l’intégration de la fabrication additive et de l’impression 3D dans le cadre de l’usine du futur et des nouvelles formes d’organisation. Grâce à l’articulation entre Kelle Fabrik et La FAB, il existe deux portes d’entrée pour une diversité d’acteurs et de besoins.


Ressources complémentaires

Quelques liens et medias sur ce lab

Pour terminer, MakerTour souhaite remercier les responsables et les utilisateurs de Kelle Fabrik
pour leur accueil chaleureux et le temps qu'ils nous ont consacré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *