Photo du lab

La Machinerie est une association d’Amiens qui regroupe dans ses locaux un fablab, un espace de coworking et une boutique partagée. C'est avant tout un collectif porteur d'innovation autant technologique que sociale et un "tiers-lieu" ouvert, propice à l'émergence de projets en tout genre.

Condition d'accès
Adhésion à l’association
A partir de 15€/an
Adresse de l'atelier
La Machinerie
70 Rue des Jacobins
80000 Amiens
Site web
lamachinerie.org
Réseau
Fablabs solidaires
Contact

Capacité d'accueil
45 personnes maximum
  • Atelier de 300m²
  • Ouvert en Septembre 2014
  • Association loi 1901

La Machinerie

Tiers-lieu de développement local participatif

Visité par MakerTour le 18.02.2016 icone facebook icone LinkedIn icone Twitter icone Contact

La Machinerie en détails

Tout ce que vous avez besoin de savoir avant de vous rendre dans cet atelier

Horaires horaire de La Machinerie Moyens d'accès & accessibilité
Afficher une carte plus grande dans un nouvel onglet
  • Voiture / parking
  • Transport en commun
  • PMR
Publics & usagers Machines
  • Découpe laser
  • Fraiseuse CNC moyen format
  • Fraiseuse CNC petit format
  • Imprimantes 3D
  • Graveuse PCB
  • Perceuse à colonnes
  • Traceur
  • Etabli outillage
  • Electronique
  • Postes informatiques
  • Voir le détail des machines
Services Ateliers proches

Visite guidée de La Machinerie

Interview de Yann Paulmier et Adrien Bracq et immersion dans le lieu


Les 6 thématiques de MakerTour

Comprendre en profondeur le modèle et les pratiques de cet atelier

Afin de documenter et de vous faire partager les fablabs et ateliers explorés, MakerTour a développé son propre modèle de documentation.
Retrouvez les sujets analysés ainsi que les questions posées aux lieux sur movilab.org

Finalités

L’histoire de La Machinerie débute dans une voiture, par du covoiturage. Jean-Baptiste Heren et Sébastien Personne travaillaient dans la même entreprise à Compiègne. L’un voulait monter une imprimante 3D, l’autre fabriquer un robot lui-même pour sa thèse. A force de bricoler ensemble dans les bureaux d’Etoele (entreprise de Jean-Baptiste), une question surgit : “pourquoi ne pas créer un petit espace pour les gens qui, comme eux, ont besoin de bricoler ?”

Ils ouvrent les bureaux d’Etoele (domicile de Jean-Baptiste) au public les samedis matins. Adrien Bracq, passionné de robotique et récemment arrivé à Amiens, entend parler d’eux, leur envoie un tweet et les rencontre autour d’un café en 2012. L’envie de monter leur propre entreprise, de sortir de leurs habitudes et de créer quelque chose ensemble s’impose petit à petit.

Dans le même temps, Un Tcho Pas de Côté part d’Amiens faire un tour d’initiatives similaires, avec au retour la projection d’un film réalisé sur la route. Tous ces éléments se goupillent et une communauté de personnes attirées par ces notions de fablabs, de tiers-lieux et de coworking émerge.

Une campagne de prêts participatifs en août 2014 lance l’aventure. Le local est trouvé dans le foulée, les différentes briques (coworking, fablab, coboutique) se mettent en place et Adrien est embauché ! La Machinerie se veut ouverte à tous, porteurs de projets personnels, professionnels, curieux et bricoleurs qui cherchent un endroit et une communauté ! A leurs yeux, la réalité a dépassé toutes les attentes aujourd’hui. Et si vous souhaitez découvrir leur histoire avec leurs propres mots, c’est par ici

Usages

Aujourd’hui, la communauté des 270 adhérents de La Machinerie est très diversifiée, notamment par les activités de fablab et de coworking, qui n’attirent pas le même public. La moitié sont étudiants ou scolaires, un quart salariés, un quart indépendants, artisans et entrepreneurs, et le reste se partage entre retraités, profs, chômeurs et personnes en reconversion ! Le tout se répartit équitablement entre les mineurs, les 18-25 ans et les plus de 25 ans, bien que les hommes soient plus représentés (77%).

Ces chiffres sur la communauté viennent du fichier excel rempli chaque jour par l’équipe. A terme, un système de cartes permettrait de comptabiliser automatiquement ces infos ! Si ces personnes découvrent le fablab par le bouche-à-oreille, le site web et les réseaux sociaux, l’équipe a toutefois remarqué qu’elles laissent s’écouler un certain temps avant de prévoir une première venue, et plus longtemps encore avant de revenir.

Ce qui les fait revenir ? “Le matériel, les conseil, l’ambiance, la rencontre avec les autres, les événements. Les membres bricolent tout, du numérique, de la robotique, de l’électronique, de la scénographie, du mobilier.”

Certains ont commencé par des coups de main et sont aujourd’hui salariés ! Tous répondent présents lorsque l’équipe a besoin d’aide. “On laisse les gens relativement libres, mais l’implication n’est pas aussi spontanée qu’on le souhaiterait. Difficile de l’expliquer. Après, ça reste assez inhabituel de s’approprier un lieu qui n’est pas chez soi non ?"

Pédagogie & animation

Au quotidien, La Machinerie prône un fonctionnement qualifié “d’hyper horizontal” ! Ici, tout se fait ensemble, tout le monde est force de proposition et on sort du schéma descendant classique (bureau - conseil d’administration - salariés) entre les 6 salariés de l’association, les administrateurs non salariés et les membres.

Une question est posée à chacun lors de la première venue : “voulez-vous le faire vous-même ou voulez-vous le faire faire ?” Selon sa réponse, la personne est orientée vers l’association La Machinerie ou l’entreprise Etoele. Côté fablab, selon le temps à disposition, l’équipe oriente vers des projets internes à vocation pédagogique ou des ateliers à réserver. “On essaie d’orienter sans apporter toute la réponse, en laissant par exemple quelques erreurs volontaires lors des formations afin de pouvoir les montrer et les expliquer.”

Côté formations, on retrouve les initiations, les formations à la carte, Make It Fab avec la Fondation Orange pour les jeunes en reconversion, et le programme Fab School, sorte de FabAcademy locale, qui dure 10 semaines. Côté événements, les sessions libres et les OpenBot (ateliers ouverts sur la robotique) sont les plus fréquents. On retrouve également la Nuit de la Robotique, les soirées CoMakers et les soirées Grands Ensembles.

La Machinerie participe également à de nombreux événements comme le Fablab Festival, les Startup Weekends Maker, la Semaine Européenne de la Robotique ou des MakerFaire.

Documentation

“Au cours de notre (jeune) histoire, on a déjà essayé plein de trucs pour documenter : wiki, système WordPress, outil RedMind. Mais tout cela était trop complexe pour la communauté.”

“Documenter est déjà un challenge pour soi, prendre un maximum de notes, savoir les organiser. Lorsqu’on est en interne, que l’on essaie avec des personnes régulièrement là, ça marche. Avec du grand public qui va et qui vient, ou lors des sessions libres où tout le monde nous sollicite, ça devient très compliqué.”

“Aujourd’hui, on se sert de Makake. Pourquoi ? Parce qu’on les a rencontré au Fablab Festival 2015, qu’on a la possibilité de créer une tribu La Machinerie pour nos membres et qu’on échange souvent avec les fondateurs de la plateforme pour l’améliorer.”

L’équipe essaie de garder un maximum de choses sur les projets : méthodologie, recherches, choix, essais, erreurs. Elle garde trace de la vie du lieu avec un calendrier régulièrement mis à jour et une newsletter mensuelle. Et bientôt des formations proposées !

Différentes approches existent pour inciter à documenter : la solution “le plus tôt possible” semble évidente, celle du “dès que tu as fini” ne fonctionne pas trop, celle du “pas d’accès aux machines sans documentation terminée” un peu trop dictateur. La solution de la Machinerie ? “Tiens, pendant que ta découpe se termine ou que tu patientes, on va te présenter Makake !”

Modèle économique

Au départ, Jean-Baptiste Heren et Sébastien Personne ont monté un lieu de façon libre, gratuite et bénévole. Entre 2012 et juin 2014, Etoele (entreprise de Jean-Baptiste) mettait ses locaux à dispositions le samedi matin. A l’été 2014, une campagne de prêts participatifs visant à réunir 15.000 euros est lancée. Le Conseil Régional et la Préfecture se sont engagés à hauteur de 25.000 euros chacun sur trois ans (150.000 euros en tout) pour financer les frais de fonctionnement. Les machines furent achetées par Etoele via un financement R&D pour développer le fablab.

Aujourd’hui, l’équipe s’est agrandie à 6 personnes, et la communauté compte 255 adhérents et 20 coworkers. Le budget annuel 2015 s’élevait à 205.000 euros dont la moitié en charges salariales, avec 70% de financement public et le reste en ressources propres. Les principales sources de revenus sont le coworking (35.000 euros) et le fablab via les cartes machines, les formations, prestations externes et adhésions (23.000 euros).

Les évolutions prévues sont le développement du service d’incubation transversale, l’évolution vers plus d’autofinancement, le déménagement et changement d’échelle, et peut-être la fusion des deux structures.

Leurs indicateurs de succès ? Le nombre d’adhérents, l’impact en terme de médiation numérique, l’accompagnement de projets, la création de bien commun, la capacité à collaborer sur son territoire, la reconnaissance en dehors d’Amiens, et la bonne ambiance générale au quotidien !

Spécificité du lab

La principale spécificité ici provient de l’écosystème : un modèle hybride entre l’association La Machinerie qui gère le fablab, le coworking et la coboutique et l’entreprise Etoele qui gère le laboratoire professionnel (formations, prestations, ateliers et événements). Des ponts et des synergies se créent entres ces différents mondes.

Le fablab n’est pas la réponse à tout, il est un élément de l’équation. “Ici, vous pouvez faire faire, échanger au sein de la communauté, créer votre business à La Machinerie, vendre vos créations dans la co-boutique, et bientôt incuber vos projets/startups. Cet écosystème d’outils, où l’on peut venir avec rien et créer un projet de toutes pièces, fait notre particularité selon nous.”

Côté pratiques environnementales, La Machinerie estime pouvoir s’améliorer. Aujourd’hui, l’équipe essaie de n’utiliser que du plastique PLA, de récupérer les déchets, d’organiser des Repair Cafés pour la réparation d’objets, et d’inciter à l’utilisation de solutions open sources.

Une activité de micro-ressourcerie est à l’étude. Elle permettra à n’importe qui d’apporter de matériel électronique, qu’ils démantèleront pour le réutiliser dans les projets et constituer une bibliothèque de composants. A plus long terme, une plateforme web pourrait permettre de répertorier un objet dont on veut se débarrasser, que n’importe qui pourrait venir récupérer. Avec ce Le Bon Coin de la récup’, adieu les problèmes de stockage des ressourceries ?

Les bonnes pratiques de La Machinerie

Les initiatives de cet atelier dont tout le monde devrait s'inspirer

Le modèle hybride et l’écosystème La Machinerie + Etoele

Qu’est-ce que c’est ?
Par leurs activités et les publics adressés, le modèle hybride entre l’association La Machinerie et l’entreprise Etoele créent peu à peu un véritable écosystème à Amiens.

Concrètement ?
Quel est le lien entre La Machinerie et Etoele ? Leur équipe fondatrice. Les deux structures avancent aujourd’hui ensemble, partagent des locaux et mettent en place des activités complémentaires. La Machinerie gère le fablab, l’espace de coworking et la co-boutique tandis qu’Etoele agit en tant que laboratoire de fabrication numérique professionnel proposant des formations, des prestations, des ateliers/événements ainsi qu’une boutique en ligne. Bientôt, une activité d’incubation transversale sera proposée, plus de détails dans la section “chantiers de demain” ci-dessous.

Pourquoi est-ce intéressant ?
La Machinerie et Etoele proposent ensemble une réponse globale sur les questions d’entrepreneuriat, de création de projets, de communauté et d’innovation. Cet écosystème d’outils, où l’on peut venir avec rien et créer un projet de toutes pièces, fait la particularité du modèle amiénois.

La documentation des projets sur Makake

Qu’est-ce que c’est ?
Après avoir essayé de nombreux outils de documentation (wiki, WordPress, RedMind), La Machinerie se sert désormais de Makake, outil simple permettant de créer un espace pour le fablab et sa communauté.

Concrètement ?
Makake se décrit comme un “studio d’ingénierie collaborative”. Conçue à l’image des plateformes de projets type Instructables ou Thingiverse, une communauté d’utilisateurs peut déposer ses projets divers et variés. De son côté, Makake agit comme un connecteur entre des clients type Airbus ou SigFox et cette communauté. L’utilisateur peut documenter ses projets, et les entreprises peuvent leur proposer de participer (contre rémunération) à des appels à projets, d’être recruté par ces entreprises. Plus de détails sur leurs services ici !

Pourquoi est-ce intéressant ?
La Machinerie se sert avant tout de cet outil pour documenter ses projets avec ses membres, au nombre de 36 sur la plateforme à ce jour. Présentation, réalisation, architecture technique, la documentation est complète et intuitive sur Makake. Les prémices d’un modèle vertueux documentation/entrepreneuriat entre le fablab, sa communauté et des entreprises ?

Les chantiers de demain

Les futurs développements et challenges prévus pour cet atelier

Fonction incubation transversale à la carte au sein de La Machinerie

La Machinerie va bientôt proposer un service d’incubation transversale à tous les autres services et outils de l’écosystème. Les incubés pourront accéder au coworking, au fablab, à des services de prototypage, d’hébergement juridique, de financement, de formations, de comptabilité. Le principe étant de proposer en un seul et même lieu un maximum d’outils pour les porteurs de projets. Des formations et connaissances seront mis à disposition et des événements organisés pour créer des rencontres et du réseau.

“On souhaite sortir du modèle d’incubateur pour proposer une formule d’incubation à la carte où chaque service de la palette a son propre modèle économique.” Le premier appel à candidatures devrait être bientôt lancé, à suivre sur le site de La Machinerie !

Déménagement et changement d’échelle

Dans le même temps, La Machinerie, Etoele et leur communauté de makers et coworkers commencent à être à l’étroit dans les 300m2 actuels du local. D’ici décembre 2016, un déménagement est prévu juste à côté de la gare d’Amiens (endroit stratégique car central) dans 800m2. Un changement d’échelle qui permettra à l’écosystème de s’enrichir toujours davantage !


Ressources complémentaires

Quelques liens et medias sur ce lab

Pour terminer, MakerTour souhaite remercier les responsables et les utilisateurs de La Machinerie
pour leur accueil chaleureux et le temps qu'ils nous ont consacré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *