SEBLab

Lab interne du Groupe SEB

112 Chemin du Moulin Carron, 69130 Écully, France

Atelier d'entreprise

Superficie 175 m²

Ouvert en Septembre 2014

Type de structure Groupe SEB

Exploré en Octobre 2015


Comme le clame son slogan “You are all makers”, le SEBLab est un atelier collaboratif inspiré du concept de Fab Lab qui a vu le jour au sein du Groupe SEB en 2014. Ce lieu et son équipe et ses processus apportent une "nouvelle" façon d'aborder et de développer des projets d'innovation en interne. Le tout grâce grâce à un atelier de fabrication numérique ouverts aux collaborateurs et des processus inspirés du design thinking !

Thématiques principales

Industrie & innovation Design Petit équipement domestique Alimentaire

Cet atelier est fait pour les :

Collaborateurs & partenaires de l'entreprise uniquement

Venez découvrir le SEBLab de vos propres yeux !

Si vous êtes un(e) professionnel(le) curieux de découvrir le SEBLab, n’hésitez pas à contacter l’équipe pour organiser un temps de rencontre et accompagné d’une visite de l’espace !

En plus de rencontrer l’équipe du SEBLab, vous découvrirez l’un des tous premiers labs d’entreprises français à voir le jour. Autour d’un café, vous comprendrez comment le Groupe SEB s’inspire du mouvement des makers et des Fab Labs avec un processus “maison” développé depuis 5 ans.

Plus de 30 entreprises comme Somfy, Entremont, Petzl, la SNCF, le Groupe Poult, IBM, Salomon, Pernod Ricard ou encore Royal Canin ont déjà passé les portes du SEBLab, pionnier des ateliers collaboratifs en entreprise en France depuis 2014.

Notre atelier en détails

Découvrez en plus sur notre espace, nos membres, nos machines & services !

Depuis notre première exploration fin 2015, le SEBLab poursuit fièrement sa mission au sein du Groupe SEB. Après avoir déménagé de son espace excentré pour un nouvel atelier en plein cœur du nouveau campus pour être au plus près des collaborateurs, il continue de transformer son organisation au quotidien. Les méthodes déjà en place en 2015 ont été affinées et de nouveaux processus ont vu le jour, un point s’impose :

Les fameux « sprints » sont de plus en plus nombreux (17 en 2018, 68 en 5 ans). Ce processus permet développer des projets autrement (que traditionnellement chez SEB) grâce à la puissance des méthodes du SEBLab et des outils de prototypage disponibles. Déjà rodé en 2015, le dispositif s’est affiné. Désormais, chaque sprint se termine par une phase de tests avec des collaborateurs et des consommateurs avant de repartir pour un cycle traditionnel de R&D puis de développement commercial.

La première nouveauté que nous découvrons est le All Innovators Challenge ! Méthode relativement connue dans le monde de l’innovation, ce principe d’appel à projets internes a changé de dimension chez SEB en 2018. Testé l’année dernière à l’échelle du siège mondial du Groupe à Écully, il avait vu 65 idées se transformer en 4 véritables projets, aujourd’hui en plein développement. Pour 2018, le principe a été déployé à l’échelle de la France. Le All Innovators Challenge démarre par 3 mois d’appel à projets. Ainsi, 450 idées sont nées de l’esprit des collaborateurs et sont en train d’être triées sur le volet. 5 seulement seront soumises à un jury de collaborateurs et d’experts externes. Mais que deviennent ces projets après ? Ils sont poussés pendant 3 mois grâce à un autre dispositif du SEBLab : la méthode SCRUM.

Mais les sprints projets ont leurs limites. L’équipe a remarqué que ce dispositif (par sa forme et ses contraintes) ne captait que certains types de projets, essentiellement d’innovation incrémentale. Difficile donc pour le SEBLab de montrer son utilité sur des projets d’innovation de rupture, et donc de se légitimer en interne comme un processus utile à toute idée/projet. En réponse, et en s’inspirant des méthodes agiles, ils ont créé leur propre méthode SCRUM. Un collaborateur ayant une « idée en rupture avec l’existant » peut la soumettre et monter une équipe d’experts se retrouvant 1 heure par semaine, sur 3 mois avec une facilitation du SEBLab au fil de l’eau. S’il est difficile de dégager du temps sur des projets nouveaux et incertains, même un CEO pourrait libérer 1 heure sans souci pour développer un projet qui l’intéresse. À la fin des 3 mois, la méthode SCRUM du SEBLab fait l’objet d’une présentation qui vise à déterminer si le projet sera poursuivi, et s’il sera soit développé de manière traditionnelle, soit hors des circuits de SEB.

Qu’entend-on par « hors des circuits classiques du Groupe SEB » ? Il s’agit là encore d’un nouveau dispositif développé par le SEBLab : le crowdfunding externe. Le financement participatif n’a rien de nouveau certes, mais voir un grand groupe choisir de développer un projet de rupture sur Kickstarter pour tester et valider une idée, être capable de développer et délivrer les prototypes en 6 mois au lieu de 3 ans minimum à l’aide un réseau d’industriels et sous-traitants, tout en bénéficiant par contre des fonctions supports du Groupe (propriété industrielle, communication, etc.) reste à ce jour assez unique. Et nous avons hâte de retourner au SEBLab une fois les premières expérimentations passées !

Enfin, l’atelier est accessible sur demande pour l’ensemble des collaborateurs grâce au principe des Lundis du Lab. Chaque lundi midi, les collaborateurs peuvent venir librement développer une idée, booster un projet, se former aux outils et machines disponibles au SEBLab ou simplement échanger de manière privilégiée avec l’équipe. Ils sont presque toujours complets nous dit-on !

A l’aide de cette belle boîte à outils que forment ensemble les sprints, le All Innovators Challenge, la méthode SCRUM, le crowdfunding externe et les Lundis du Lab, le SEBLab poursuit son ambition. En 3 ans, il s’invite toujours un peu plus au cœur de l’entreprise, se rend au service des collaborateurs d’une multitude de façons, et commence à modifier les mentalités ainsi que les circuits traditionnels en profondeur. De belle augure avant notre prochaine exploration !

Le groupe SEB s’intéresse aux fablabs pour leur rapport au prototypage, à la matérialisation d’idées et à la philosophie “quick and dirty”. Ce chaînon manquait alors à l’approche innovation du groupe. Le projet du futur SEBLab débute en 2013 avec deux stagiaires qui partent visiter les ateliers d’autres entreprises (Renault, Airbus, Air Liquide).

Avec Jean-Louis Compeau (responsable de l’initiative SEBLab), ils interrogent les collaborateurs (marketing, recherche et design) sur leurs envies concernant un lieu inspiré des fablabs. Une multitude de besoins sur l’accompagnement pour innover fut identifiée, au-delà de la simple fabrication numérique. C’est ainsi qu’est né le SEBLab, à la fois lieu et dispositif d’innovation en interne.

S’ils possèdent des ateliers “fermés”, la volonté était de s’adresser à tous, aux collaborateurs qui bricolaient sur des coins de bureau ou chez eux. L’idée était de créer un lieu qui facilite la matérialisation et qui soit propice à la créativité. Et cela n’existait pas dans le Groupe SEB. Depuis, la mission du SEBLab n’a pas changée bien qu’elle s’enrichisse progressivement.

Depuis les débuts du projet, l’équipe a d’abord grandi avec Jean-Louis Compeau (responsable du SEBLab depuis sa création), et l’arrivée de Cécile Trivery (doctorante, coordinatrice des sprints), puis Antoine Castel (fabmanager) et Yui Watanabe (alternante, amélioration du lieu).

Début 2019, l’équipe est composée de 4 permanents :

  • Cécile Trivery, qui est facilitatrice (elle gère les Sprints ainsi que la phase Créativité)
  • Stéphanie Lemaire, qui est Coordinatrice des Communautés (elle gère notamment les Tests et le programme All Innovators)
  • Jérémy Cornu, qui est Coordinateur Atelier (il gère l’atelier et encadre toutes les phases de Matérialisation)
  • et Jean-Louis Compeau, qui est Responsable du SEBLab

Comme le clame son slogan “You are all makers”, le SEBLab attire aujourd’hui une diversité de collaborateurs. Ils proviennent du marketing, de la recherche (plutôt des ingénieurs), du design. Selon les types des sprints, d’autres personnes peuvent intervenir (experts extérieurs, logistique, filiales commerciales, propriété intellectuelle, …).

Lorsque qu’un service du Groupe sollicite l’équipe, ils commencent ensemble par identifier des métiers pertinents pour le projet. Ils les invitent ensuite à se joindre au sprint organisé au SEBLab. La culture de la réunion de créativité existant déjà chez SEB, faire venir les collaborateurs à l’atelier n’est pas si difficile.

Les collaborateurs viennent chercher une accélération, à un point de blocage dans leur projet. L’idée est d’essayer autre chose que le processus classique. Ils comprennent facilement que le fait de travailler ensemble, sur temps court, est profitable. Ici, les collaborateurs semblent un peu chez eux et attendent un travail collaboratif, simple, informel. Le lieu n’est pas sophistiqué, le mobilier est différent, l’ambiance aussi et tout le monde se comporte différemment. Le fait d’avoir une cuisine à l’entrée donne tout de suite un esprit convivial. L’équipe avoue ne pas l’avoir fait exprès.

Pour financer le projet du SEBLab, aucun budget supplémentaire n’a été accordé à l’enveloppe habituelle de la direction innovation. L’aménagement du lieu (travaux, machines, mobilier, sécurité) a coûté près de 70.000 euros. Partir sur un budget minimaliste (pour un atelier d’entreprise) leur a permis de ne pas être questionné trop rapidement et d’être indépendants.

Début 2019, le SEBLab représente 4 emplois à temps plein. Après 4 sprints organisés en 2014, 68 ont été organisés en 5 ans. Chaque sprint avec ses 4 phases représentent un coût (salaires, amortissement, matières premières, repas) 2 à 3 fois moins élevé qu’une prestation externe.

Le SEBLab n’a pas de source de revenus, ils ne refacturent pas la prestation en interne. Ne pas avoir de relations commerciales et négociations en interne leur permet de garder une flexibilité nécessaire. Les dépenses principales proviennent des salaires et de la location du local.

Dans le cadre des sessions, différentes formes de données et de documentation se complètent : la veille, les fiches concept, les démonstrateurs, les vidéos des présentations finales. Ils gardent ainsi trace des projets accélérés lors des sessions. Cependant, il n’existe à ce jour pas de documentation du lab en lui-même. Le rôle de Yui sera également de faire un point sur la vie du lab, sur les améliorations possibles et peut-être de documenter tout cela.

La consultation de documentation existante a essentiellement lieu lors de la première phase. Ils cherchent alors à récolter les informations en interne et voir ce qu’il existe sur le sujet en externe. L’objectif est de compléter un maximum ce socle d’informations entre le kick-off et la phase de créativité.

La documentation a lieu sur format papier pendant les sessions. Ce sont les participants eux-mêmes qui réalisent ce travail, et l’équipe vient compiler l’information et la mettre au propre à la fin de la session. Tout le groupe de travail aura ensuite accès à ces fichiers, et à eux de décider s’ils souhaitent le partager en interne et le diffuser au-delà.

Depuis notre première exploration fin 2015, le SEBLab poursuit fièrement sa mission au sein du Groupe SEB. Après avoir déménagé de son espace excentré pour un nouvel atelier en plein cœur du nouveau campus pour être au plus près des collaborateurs, il continue de transformer son organisation au quotidien. Les méthodes déjà en place en 2015 ont été affinées et de nouveaux processus ont vu le jour, un point s’impose :

Les fameux « sprints » sont de plus en plus nombreux (17 en 2018, 68 en 5 ans). Ce processus permet développer des projets autrement (que traditionnellement chez SEB) grâce à la puissance des méthodes du SEBLab et des outils de prototypage disponibles. Déjà rodé en 2015, le dispositif s’est affiné. Désormais, chaque sprint se termine par une phase de tests avec des collaborateurs et des consommateurs avant de repartir pour un cycle traditionnel de R&D puis de développement commercial.

La première nouveauté que nous découvrons est le All Innovators Challenge ! Méthode relativement connue dans le monde de l’innovation, ce principe d’appel à projets internes a changé de dimension chez SEB en 2018. Testé l’année dernière à l’échelle du siège mondial du Groupe à Écully, il avait vu 65 idées se transformer en 4 véritables projets, aujourd’hui en plein développement. Pour 2018, le principe a été déployé à l’échelle de la France. Le All Innovators Challenge démarre par 3 mois d’appel à projets. Ainsi, 450 idées sont nées de l’esprit des collaborateurs et sont en train d’être triées sur le volet. 5 seulement seront soumises à un jury de collaborateurs et d’experts externes. Mais que deviennent ces projets après ? Ils sont poussés pendant 3 mois grâce à un autre dispositif du SEBLab : la méthode SCRUM.

Mais les sprints projets ont leurs limites. L’équipe a remarqué que ce dispositif (par sa forme et ses contraintes) ne captait que certains types de projets, essentiellement d’innovation incrémentale. Difficile donc pour le SEBLab de montrer son utilité sur des projets d’innovation de rupture, et donc de se légitimer en interne comme un processus utile à toute idée/projet. En réponse, et en s’inspirant des méthodes agiles, ils ont créé leur propre méthode SCRUM. Un collaborateur ayant une « idée en rupture avec l’existant » peut la soumettre et monter une équipe d’experts se retrouvant 1 heure par semaine, sur 3 mois avec une facilitation du SEBLab au fil de l’eau. S’il est difficile de dégager du temps sur des projets nouveaux et incertains, même un CEO pourrait libérer 1 heure sans souci pour développer un projet qui l’intéresse. À la fin des 3 mois, la méthode SCRUM du SEBLab fait l’objet d’une présentation qui vise à déterminer si le projet sera poursuivi, et s’il sera soit développé de manière traditionnelle, soit hors des circuits de SEB.

Qu’entend-on par « hors des circuits classiques du Groupe SEB » ? Il s’agit là encore d’un nouveau dispositif développé par le SEBLab : le crowdfunding externe. Le financement participatif n’a rien de nouveau certes, mais voir un grand groupe choisir de développer un projet de rupture sur Kickstarter pour tester et valider une idée, être capable de développer et délivrer les prototypes en 6 mois au lieu de 3 ans minimum à l’aide un réseau d’industriels et sous-traitants, tout en bénéficiant par contre des fonctions supports du Groupe (propriété industrielle, communication, etc.) reste à ce jour assez unique. Et nous avons hâte de retourner au SEBLab une fois les premières expérimentations passées !

Enfin, l’atelier est accessible sur demande pour l’ensemble des collaborateurs grâce au principe des Lundis du Lab. Chaque lundi midi, les collaborateurs peuvent venir librement développer une idée, booster un projet, se former aux outils et machines disponibles au SEBLab ou simplement échanger de manière privilégiée avec l’équipe. Ils sont presque toujours complets nous dit-on !

A l’aide de cette belle boîte à outils que forment ensemble les sprints, le All Innovators Challenge, la méthode SCRUM, le crowdfunding externe et les Lundis du Lab, le SEBLab poursuit son ambition. En 3 ans, il s’invite toujours un peu plus au cœur de l’entreprise, se rend au service des collaborateurs d’une multitude de façons, et commence à modifier les mentalités ainsi que les circuits traditionnels en profondeur. De belle augure avant notre prochaine exploration !

Le groupe SEB s’intéresse aux fablabs pour leur rapport au prototypage, à la matérialisation d’idées et à la philosophie “quick and dirty”. Ce chaînon manquait alors à l’approche innovation du groupe. Le projet du futur SEBLab débute en 2013 avec deux stagiaires qui partent visiter les ateliers d’autres entreprises (Renault, Airbus, Air Liquide).

Avec Jean-Louis Compeau (responsable de l’initiative SEBLab), ils interrogent les collaborateurs (marketing, recherche et design) sur leurs envies concernant un lieu inspiré des fablabs. Une multitude de besoins sur l’accompagnement pour innover fut identifiée, au-delà de la simple fabrication numérique. C’est ainsi qu’est né le SEBLab, à la fois lieu et dispositif d’innovation en interne.

S’ils possèdent des ateliers “fermés”, la volonté était de s’adresser à tous, aux collaborateurs qui bricolaient sur des coins de bureau ou chez eux. L’idée était de créer un lieu qui facilite la matérialisation et qui soit propice à la créativité. Et cela n’existait pas dans le Groupe SEB. Depuis, la mission du SEBLab n’a pas changée bien qu’elle s’enrichisse progressivement.

Depuis les débuts du projet, l’équipe a d’abord grandi avec Jean-Louis Compeau (responsable du SEBLab depuis sa création), et l’arrivée de Cécile Trivery (doctorante, coordinatrice des sprints), puis Antoine Castel (fabmanager) et Yui Watanabe (alternante, amélioration du lieu).

Début 2019, l’équipe est composée de 4 permanents :

  • Cécile Trivery, qui est facilitatrice (elle gère les Sprints ainsi que la phase Créativité)
  • Stéphanie Lemaire, qui est Coordinatrice des Communautés (elle gère notamment les Tests et le programme All Innovators)
  • Jérémy Cornu, qui est Coordinateur Atelier (il gère l’atelier et encadre toutes les phases de Matérialisation)
  • et Jean-Louis Compeau, qui est Responsable du SEBLab

Comme le clame son slogan “You are all makers”, le SEBLab attire aujourd’hui une diversité de collaborateurs. Ils proviennent du marketing, de la recherche (plutôt des ingénieurs), du design. Selon les types des sprints, d’autres personnes peuvent intervenir (experts extérieurs, logistique, filiales commerciales, propriété intellectuelle, …).

Lorsque qu’un service du Groupe sollicite l’équipe, ils commencent ensemble par identifier des métiers pertinents pour le projet. Ils les invitent ensuite à se joindre au sprint organisé au SEBLab. La culture de la réunion de créativité existant déjà chez SEB, faire venir les collaborateurs à l’atelier n’est pas si difficile.

Les collaborateurs viennent chercher une accélération, à un point de blocage dans leur projet. L’idée est d’essayer autre chose que le processus classique. Ils comprennent facilement que le fait de travailler ensemble, sur temps court, est profitable. Ici, les collaborateurs semblent un peu chez eux et attendent un travail collaboratif, simple, informel. Le lieu n’est pas sophistiqué, le mobilier est différent, l’ambiance aussi et tout le monde se comporte différemment. Le fait d’avoir une cuisine à l’entrée donne tout de suite un esprit convivial. L’équipe avoue ne pas l’avoir fait exprès.

Pour financer le projet du SEBLab, aucun budget supplémentaire n’a été accordé à l’enveloppe habituelle de la direction innovation. L’aménagement du lieu (travaux, machines, mobilier, sécurité) a coûté près de 70.000 euros. Partir sur un budget minimaliste (pour un atelier d’entreprise) leur a permis de ne pas être questionné trop rapidement et d’être indépendants.

Début 2019, le SEBLab représente 4 emplois à temps plein. Après 4 sprints organisés en 2014, 68 ont été organisés en 5 ans. Chaque sprint avec ses 4 phases représentent un coût (salaires, amortissement, matières premières, repas) 2 à 3 fois moins élevé qu’une prestation externe.

Le SEBLab n’a pas de source de revenus, ils ne refacturent pas la prestation en interne. Ne pas avoir de relations commerciales et négociations en interne leur permet de garder une flexibilité nécessaire. Les dépenses principales proviennent des salaires et de la location du local.

Dans le cadre des sessions, différentes formes de données et de documentation se complètent : la veille, les fiches concept, les démonstrateurs, les vidéos des présentations finales. Ils gardent ainsi trace des projets accélérés lors des sessions. Cependant, il n’existe à ce jour pas de documentation du lab en lui-même. Le rôle de Yui sera également de faire un point sur la vie du lab, sur les améliorations possibles et peut-être de documenter tout cela.

La consultation de documentation existante a essentiellement lieu lors de la première phase. Ils cherchent alors à récolter les informations en interne et voir ce qu’il existe sur le sujet en externe. L’objectif est de compléter un maximum ce socle d’informations entre le kick-off et la phase de créativité.

La documentation a lieu sur format papier pendant les sessions. Ce sont les participants eux-mêmes qui réalisent ce travail, et l’équipe vient compiler l’information et la mettre au propre à la fin de la session. Tout le groupe de travail aura ensuite accès à ces fichiers, et à eux de décider s’ils souhaitent le partager en interne et le diffuser au-delà.

Technologies & procédés mis à disposition

Impression 3D Fraisage numérique Electronique Impression, dessin & peinture Thermoformage Découpe fil chaud Postes informatiques & logiciels Arduino

Services proposés

Prises de paroles & conférences Hackathons Sessions de sprint projets Réparation d'objets Coaching & mentorat de projets Prototypage Sessions de créativité

Nos pratiques inspirantes

Ce que nous faisons de particulier pour gérer notre espace collaboratif

Impliquer ses collaborateurs pour créer son espace collaboratif

catégories
Créer votre atelier

Qu’est-ce que c’est ?

Avant même d’ouvrir son espace, les collaborateurs du Groupe SEB ont été interrogés et donc impliqués à la démarche pour détecter les besoins en interne !

Concrètement ?

Le projet de SEBLab a débuté par le travail de deux stagiaires qui sont allés dans d’autres entreprises étudier des ateliers inspirés des Fab Labs (Renault et Air Liquide). A leur retour, ils ont commencé par interroger les différentes parties prenantes de l’innovation chez SEB. Ils prirent alors le temps d’expliquer à tou(te)s le principe de Fab Lab, l’intérêt pour le Groupe et qu’une réflexion en interne était en cours pour créer un lieu inspiré de ces fameux ateliers partagés. Les services du Groupe concernés étaient la recherche, le marketing et le design.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Prendre le temps d’interroger les collaborateurs est une manière de les faire participer à la réflexion autour d’un projet d’atelier collaboratif, mais également une opération de médiation et de communication. Dans le cas du SEBLab, ce fut un moyen de se mettre au service des collaborateurs dès les premiers instants du projet. Et depuis l’ouverture du lieu, l’intérêt pour le SEBLab continue de croître de manière exponentielle !

Contact : jcompeau@groupeseb.com

Le All Innovators Challenge, l'appel à projets d'innovation du Groupe SEB

catégories
Communauté Démarrer des projets Lancer de nouvelles activités

Qu’est-ce que c’est ?

Depuis 2017, le SEBLab est à l’initiative du All Innovators Challenge, un appel à projets d’innovation ouvert aux collaborateurs de SEB. Il est destiné à donner à tou(te)s l’opportunité de développer des projets sortant des activités traditionnelles du groupe.

Concrètement ?

Méthode relativement connue dans le monde de l’innovation, ce principe d’appel à projets internes a changé de dimension chez SEB en 2018. Testé l’année dernière à l’échelle du siège mondial du Groupe à Écully, il avait vu 65 idées se transformer en 4 véritables projets, aujourd’hui en plein développement.

Pour 2018, le principe a été déployé à l’échelle de la France entière. Le All Innovators Challenge démarre par 3 mois d’appel à projets. Ainsi, 450 idées sont nées de l’esprit des collaborateurs et sont en train d’être triées sur le volet. 5 seulement seront soumises à un jury de collaborateurs et d’experts externes. Mais que deviennent ces projets après ? Ils sont poussés pendant 3 mois grâce à un autre dispositif du SEBLab : la méthode SCRUM (voir plus bas).

Pourquoi est-ce intéressant ?

De nombreuses entreprises s’essayent à l’exercice délicat du “challenge de projets en interne”. Mais rares sont les entreprises à avoir une telle maturité dans la démarche. Ici, les projets seront réellement développés et soutenus en interne. Preuve que le SEBLab et ses méthodes ont une influence bien au-delà des murs de l’atelier !

Contact : jcompeau@groupeseb.com

La méthode SCRUM du SEBLab pour développer des innovations de rupture

catégories
Démarrer des projets Lancer de nouvelles activités

Qu’est-ce que c’est ?

En complément des sprints projets, le SEBLab s’est approprié la méthode SCRUM afin d’être capable de capter et développer des projets d’innovation de rupture !

Concrètement ?

Les sprints projets ont leurs limites. L’équipe a remarqué que ce dispositif (par sa forme et ses contraintes) ne captait que certains types de projets, essentiellement d’innovation incrémentale. Difficile donc pour le SEBLab de montrer son utilité sur des projets d’innovation de rupture, et donc de se légitimer en interne comme un processus utile à toute idée/projet.

En réponse, et en s’inspirant des méthodes agiles, ils ont créé leur propre méthode SCRUM. Un collaborateur ayant une « idée en rupture avec l’existant » peut la soumettre et monter une équipe d’experts se retrouvant 1 heure par semaine, sur 3 mois avec une facilitation du SEBLab au fil de l’eau. À la fin des 3 mois, la méthode SCRUM du SEBLab fait l’objet d’une présentation qui vise à déterminer si le projet sera poursuivi, et s’il sera soit développé de manière traditionnelle, soit hors des circuits de SEB.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Être capable d’adresser à la fois des projets d’innovation incrémentale et de de rupture est une nécessité pour toute entreprise. Mais cela ne s’improvise pas, et il n’est pas possible de “suivre une recette”.

Le SEBLab a eu le réflexe de créer son propre dispositif, inspiré de la célèbre méthode SCRUM, et de trouver un compromis pour chacun lui donne sa chance. S’il est toujours difficile de dégager du temps sur des projets nouveaux et incertains, même un CEO pourrait libérer 1 heure sans souci pour développer un projet qu’il souhaite pousser !

Contact : jcompeau@groupeseb.com

Les sprints du SEBLab au service des collaborateurs

catégories
Lancer de nouvelles activités

Qu’est-ce que c’est ?

Le SEBLab possède des méthodes qui lui sont propres. Chaque collaborateur peut solliciter l’organisation d’un “sprint” pour toute idée ou projet d’innovation en lien avec les activités du Groupe.

Concrètement ?

Les différentes Business Units du Groupe savent que le SEBLab est un lieu propice à la créativité et la matérialisation d’idées. Elles peuvent solliciter l’organisation d’un sprint sur un thème, un projet précis. Ce processus permet développer des projets autrement (que traditionnellement chez SEB) grâce à la puissance des méthodes du SEBLab et des outils de prototypage disponibles.

  • #1 - Prospection – revalorisation de données internes au groupe, acquisition de données externes, observation des usages des consommateurs
  • #2 - Créativité – réunions de créativité, sollicitation participative en interne, intégration des consommateurs à la créativité
  • #3 - Matérialisation – conception et fabrication numérique, aide à la visualisation de concepts (dessins, maquettes)
  • #4 - Test – obtention d’un retour d’usage, dialogue avec des consommateurs

Le projet pourra ensuite s’inscrire dans les processus plus traditionnels de l’entreprise, à savoir la recherche (de 1 à 2 ans), puis le développement (18 mois). Ou faire l’objet d’un “crowdfunding externe” (voir plus bas) !

Pourquoi est-ce intéressant ?

L’objectif est de permettre de créer une « unité de temps, de lieu et d’action » sur les projets menés par les équipes du Groupe. Et cela possède des avantages multiples : croiser les équipes, innover par le “Faire”, accélérer les projets, découvrir de nouvelles méthodes, etc.

Déjà rodé en 2015 lors de notre premier passage, le dispositif s’est affiné depuis. Désormais, chaque sprint se termine par une phase de tests avec des collaborateurs et des consommateurs avant de repartir pour un cycle traditionnel de R&D puis de développement commercial. 68 sprint ont ainsi été organisées depuis 2015 !

Contact : jcompeau@groupeseb.com

Les Lundis du Lab, moment ouvert à tous les collaborateurs

catégories
Communauté Accueil dans l'atelier Formation

Qu’est-ce que c’est ?

Chaque lundi midi, le SEBLab ouvre ses portes aux membres du Groupe SEB ayant envie de se former ou de travailler librement sur un projet !

Concrètement ?

En complément des sessions projets et de sa méthode SCRUM, le SEBLab souhaite être facilement accessible par n’importe qui en interne !

Les Lundis du Lab fonctionnent ainsi sur demande. Chaque lundi midi, les collaborateurs s’étant manifestés peuvent venir librement développer une idée, booster un projet, se former aux outils et machines disponibles au SEBLab ou simplement échanger de manière privilégiée avec l’équipe. Ils sont presque toujours complets nous dit-on !

Pourquoi est-ce intéressant ?

Avec les Lundis du Lab, le SEBLab s’approche du principe d’atelier collaboratif ouvert à tous ! Il faut garder en tête que tout dispositif proposé en interne aura ses limites, et qu’il est essentiel de garder la porte ouverte pour que les collaborateurs viennent librement sur un temps identifié. Le déclic peut survenir n’importe quand pour quelqu’un, et il est essentiel le moment venu d’être capable d’accueillir et d’accompagner les premiers pas avec légèreté !

Contact : jcompeau@groupeseb.com

Découvrez d’autres ateliers explorés par MakerTour

ATTOM

Atelier traditionnel technologique ouvert et mutualisé

Lyon, France
Makerspace

YOUFACTORY

Usine collaborative

Villeurbanne, France
Makerspace Espace de coworking

La Fabrique d'Objets Libres

Laboratoire de fabrication numérique

Bron, France
Fab Lab Atelier mobile