L’Electrolab

Hackerspace - laboratoire d’initiative populaire

Electrolab, 58 Rue Paul Lescop, 92000 Nanterre

Hackerspace

Space size 1500 m²

Opened in November 2010

Structure type Association loi 1901

Explored in January 2016


L’Electrolab est une communauté de passionné(e)s qui se sont retroussés les manches pour faire leur petit coin de paradis électrique, mécanique, chimique et biologique : enfin le terrain de jeu dont on rêvait tous ! Il fait 1.500m² et vous y êtes conviés.

Social networks

Main interests

Robotics Electronics Craftsmanship Art & culture Technology - machines & tools Entrepreneurship Community Music & sound devices Education

This workshop is great for:

Every single person & organisation!

The closest workshops nearby are:

  • FacLab
  • Nouvelle fabrique
  • Carrefour numérique
  • WoMa
  • /tmp/ lab

Interview & guided tour

Meet someone from the team & discover the space by yourself!

Our workshop

Learn more about our space, members, machines & services!

L’histoire de l’Electrolab débute avec un électronicien, membre du /tmp/ lab, autre hackerspace en région parisienne. Cet atelier installé dans un squat est partagé entre passionnés qui se servent avec créativité des technologies. La distance, l’instabilité, les contraintes pour installer du matériel et aménager l’espace font naître l’envie de créer un hackerspace pérenne.

Il parvient à obtenir 150m2 pour son projet et réaliser son envie de créer un endroit convivial pour qui voudrait travailler sur du matériel libre, au-delà des logiciels. Le hackerspace en construction s’adresse alors à tous, bien qu’élitiste de facto selon l’équipe, vu les sujets abordés. L’ouverture vers le grand public est venue progressivement, avec l’arrivée de membres branché(e)s par la médiation scientifique.

La v1 de l’Electrolab se construit petit à petit. Envoi de mails sur des listes de diffusion, obtention des clés du local à l’été 2010, création officielle de l’association en janvier 2011. Les travaux se succèdent, le succès croît. L’Electrolab était amené à grandir rapidement. La v2 occupe depuis l’été 2014 le reste du rdc du bâtiment, soit 1.500 m2 d’atelier.

En 2016, les valeurs fondatrices sont toujours les mêmes. “Pas de changement dans le statut, ou le mode d’administration, c’est gravé dans le marbre”. La mission aujourd’hui : s’intégrer dans le tissu local et continuer de s’ouvrir au-delà des premiers cercles.

Le coeur de l’Electrolab se compose de personnes actives, passionnées par la technologie. Depuis leurs débuts, les retraités et les étudiants sont de plus en plus nombreux à passer les portes du hackerspace.

“Difficile de dire comment ces personnes viennent, on ne leur pose pas la question !” Le bouche-à-oreille prime selon l’équipe. Les événements et les mentions dans la presse jouent un rôle aussi. Pourquoi certaines personnes reviennent-elles plus ou moins fréquemment ? “A partir du moment où il n’y a rien à consommer sur place, on a zéro consommateur. Ce n’est pas une volonté, c’est un fait. Ils reviennent car ils sentent biens, impliqué(e)s.”

“C’est un refuge pour moutons à 5 pattes, un lieu d’émulation entre personnes qui se comprennent. On se construit un lieu où on se retrouve, car le reste ne nous convient pas vraiment. Nous sommes à des années lumières des lieux où l’on vient juste prototyper sa boîte à crayons puis ciao. C’est vraiment un état d’esprit, il faut mettre les mains dans le cambouis !”

Niveau implication, “il n’y a pas vraiment le choix ici, personne ne devant rien à personne. Tous les travaux ont été fait par les bénévoles, les gens s’approprient vraiment les lieux. C’est un cercle vertueux, car les gens voient le lieu avancer, ils le construisent eux-mêmes.”

Le projet Electrolab s’est lancé grâce à une trentaine de personnes motivées, sans subvention. Pour la v1 du local, le propriétaire leur a proposé un bail à titre gratuit. En échange, les membres ont fait tous les travaux eux-mêmes, sans l’aide d’artisans. 99% de machines récupérées et de l’outillage ont équipé les 180m2 !

La v2 de l’ElectroLab occupe aujourd’hui 1.500m2 et repose sur les 13 membres du conseil d’administration, sa salariée et de nombreux bénévoles ! Le budget annuel de 80.000 euros provient pour un tiers des cotisations, pour un tiers de boxs loués à des startups. Le reste provient des dons, de la vente de kits et machines, et de quelques séminaires d’entreprises.

La v3 du hackerspace est en réflexion. D’autres salariés pour soulager les bénévoles ? Un déménagement ? Rien n’est encore défini mais l’équipe réfléchit à un lieu plus proche des transports et plus adapté à la mission d’éducation et d’ouverture de l’association !

Côté indicateurs du lab, l’équipe nous parle de “réussir à payer ses factures et ne pas vivre dans le rouge déjà (rires)” ! Ils s’intéressent aussi au temps que chacun passe dans le lieu, à la qualité des formations, au “turn-over” parmi les adhérents et à comprendre pourquoi certains ne reviennent pas !

L’Electrolab est une association composée d’un bureau de 4 personnes et d’un conseil d’administration de 13 personnes. Si la do-ocratie règne au quotidien, le hackerspace s’organise en trois grands pôles depuis l’année dernière : communauté (animation, événements, site web, news, formations), équipements et infrastructures (aménagement et machines) et finances. Le hackerspace lui-même s’organise en zones, comme autant de petits groupes gérés par les membres.

Lorsque l’on vient pour la première fois à l’Electrolab, la visite du mardi soir est un rituel : tour du local, explications du fonctionnement, temps pour poser des questions. “Si vous savez exactement ce que vous voulez et comment le faire, ça fonce !” Si vous avez des besoins particuliers (formations, activités de groupe), un “accueil des nouveaux membres” a lieu quelques semaines après votre arrivée. Au menu : parler du wiki, de l’histoire du lieu, échanger sur les projets, passer du temps ensemble. Enfin, un système de parrainage entre membres existe. Il sert à créer des connexions, et de l’engagement au sein du hackerspace.

Les moments célébrant le “faire ensemble” sont les soirées des mardis et jeudis “open à tous” ainsi que les premiers samedis du mois pour parler de ses projets et des projets collectifs. Niveau formation, l’objectif à terme est de proposer une formation et des projets encadrés pour chaque zone du hackerspace.

Gardez-vous trace de ce qui se passe dans le lieu ? “Oui, via notre wiki, mais ce n’est pas parfait. Ça traîne dans les limbes de l’infini pour d’obscures raisons.”

L’Electrolab documente ses projets. N’importe quel membre peut créer une page, mettre du texte, des bouts de code, des photos, des croquis. Le mode de fonctionnement de l’association est aussi documenté, avec l’organisation des travaux. Enfin des “pads”, documents collaboratifs en ligne, permettent de rendre compte des réunions du conseil d’administration et de les partager à la communauté.

L’équipe du hackerspace ne documente toutefois pas les projets pour les autres. Un appareil photo, un ordinateur dédié au montage et du matériel pour filmer sont en libre-service. “Tout cela reste artisanal, il serait aussi intéressant de streamer le contenu des conférences.” Aujourd’hui, toutes ces traces sont partagées par une liste de diffusion et un canal IRC, un forum devrait arriver bientôt.

L’histoire de l’Electrolab débute avec un électronicien, membre du /tmp/ lab, autre hackerspace en région parisienne. Cet atelier installé dans un squat est partagé entre passionnés qui se servent avec créativité des technologies. La distance, l’instabilité, les contraintes pour installer du matériel et aménager l’espace font naître l’envie de créer un hackerspace pérenne.

Il parvient à obtenir 150m2 pour son projet et réaliser son envie de créer un endroit convivial pour qui voudrait travailler sur du matériel libre, au-delà des logiciels. Le hackerspace en construction s’adresse alors à tous, bien qu’élitiste de facto selon l’équipe, vu les sujets abordés. L’ouverture vers le grand public est venue progressivement, avec l’arrivée de membres branché(e)s par la médiation scientifique.

La v1 de l’Electrolab se construit petit à petit. Envoi de mails sur des listes de diffusion, obtention des clés du local à l’été 2010, création officielle de l’association en janvier 2011. Les travaux se succèdent, le succès croît. L’Electrolab était amené à grandir rapidement. La v2 occupe depuis l’été 2014 le reste du rdc du bâtiment, soit 1.500 m2 d’atelier.

En 2016, les valeurs fondatrices sont toujours les mêmes. “Pas de changement dans le statut, ou le mode d’administration, c’est gravé dans le marbre”. La mission aujourd’hui : s’intégrer dans le tissu local et continuer de s’ouvrir au-delà des premiers cercles.

Le coeur de l’Electrolab se compose de personnes actives, passionnées par la technologie. Depuis leurs débuts, les retraités et les étudiants sont de plus en plus nombreux à passer les portes du hackerspace.

“Difficile de dire comment ces personnes viennent, on ne leur pose pas la question !” Le bouche-à-oreille prime selon l’équipe. Les événements et les mentions dans la presse jouent un rôle aussi. Pourquoi certaines personnes reviennent-elles plus ou moins fréquemment ? “A partir du moment où il n’y a rien à consommer sur place, on a zéro consommateur. Ce n’est pas une volonté, c’est un fait. Ils reviennent car ils sentent biens, impliqué(e)s.”

“C’est un refuge pour moutons à 5 pattes, un lieu d’émulation entre personnes qui se comprennent. On se construit un lieu où on se retrouve, car le reste ne nous convient pas vraiment. Nous sommes à des années lumières des lieux où l’on vient juste prototyper sa boîte à crayons puis ciao. C’est vraiment un état d’esprit, il faut mettre les mains dans le cambouis !”

Niveau implication, “il n’y a pas vraiment le choix ici, personne ne devant rien à personne. Tous les travaux ont été fait par les bénévoles, les gens s’approprient vraiment les lieux. C’est un cercle vertueux, car les gens voient le lieu avancer, ils le construisent eux-mêmes.”

Le projet Electrolab s’est lancé grâce à une trentaine de personnes motivées, sans subvention. Pour la v1 du local, le propriétaire leur a proposé un bail à titre gratuit. En échange, les membres ont fait tous les travaux eux-mêmes, sans l’aide d’artisans. 99% de machines récupérées et de l’outillage ont équipé les 180m2 !

La v2 de l’ElectroLab occupe aujourd’hui 1.500m2 et repose sur les 13 membres du conseil d’administration, sa salariée et de nombreux bénévoles ! Le budget annuel de 80.000 euros provient pour un tiers des cotisations, pour un tiers de boxs loués à des startups. Le reste provient des dons, de la vente de kits et machines, et de quelques séminaires d’entreprises.

La v3 du hackerspace est en réflexion. D’autres salariés pour soulager les bénévoles ? Un déménagement ? Rien n’est encore défini mais l’équipe réfléchit à un lieu plus proche des transports et plus adapté à la mission d’éducation et d’ouverture de l’association !

Côté indicateurs du lab, l’équipe nous parle de “réussir à payer ses factures et ne pas vivre dans le rouge déjà (rires)” ! Ils s’intéressent aussi au temps que chacun passe dans le lieu, à la qualité des formations, au “turn-over” parmi les adhérents et à comprendre pourquoi certains ne reviennent pas !

L’Electrolab est une association composée d’un bureau de 4 personnes et d’un conseil d’administration de 13 personnes. Si la do-ocratie règne au quotidien, le hackerspace s’organise en trois grands pôles depuis l’année dernière : communauté (animation, événements, site web, news, formations), équipements et infrastructures (aménagement et machines) et finances. Le hackerspace lui-même s’organise en zones, comme autant de petits groupes gérés par les membres.

Lorsque l’on vient pour la première fois à l’Electrolab, la visite du mardi soir est un rituel : tour du local, explications du fonctionnement, temps pour poser des questions. “Si vous savez exactement ce que vous voulez et comment le faire, ça fonce !” Si vous avez des besoins particuliers (formations, activités de groupe), un “accueil des nouveaux membres” a lieu quelques semaines après votre arrivée. Au menu : parler du wiki, de l’histoire du lieu, échanger sur les projets, passer du temps ensemble. Enfin, un système de parrainage entre membres existe. Il sert à créer des connexions, et de l’engagement au sein du hackerspace.

Les moments célébrant le “faire ensemble” sont les soirées des mardis et jeudis “open à tous” ainsi que les premiers samedis du mois pour parler de ses projets et des projets collectifs. Niveau formation, l’objectif à terme est de proposer une formation et des projets encadrés pour chaque zone du hackerspace.

Gardez-vous trace de ce qui se passe dans le lieu ? “Oui, via notre wiki, mais ce n’est pas parfait. Ça traîne dans les limbes de l’infini pour d’obscures raisons.”

L’Electrolab documente ses projets. N’importe quel membre peut créer une page, mettre du texte, des bouts de code, des photos, des croquis. Le mode de fonctionnement de l’association est aussi documenté, avec l’organisation des travaux. Enfin des “pads”, documents collaboratifs en ligne, permettent de rendre compte des réunions du conseil d’administration et de les partager à la communauté.

L’équipe du hackerspace ne documente toutefois pas les projets pour les autres. Un appareil photo, un ordinateur dédié au montage et du matériel pour filmer sont en libre-service. “Tout cela reste artisanal, il serait aussi intéressant de streamer le contenu des conférences.” Aujourd’hui, toutes ces traces sont partagées par une liste de diffusion et un canal IRC, un forum devrait arriver bientôt.

Technologies & processes available

Electronics Textile machines 3D printing Robotics Printing, drawing & painting

Services offered

Open moments Workshop memberships Space rental Startups & projects hosting Classes & workshops Coworking space Creations shop

Our best practices

The inspiring things we do here to run our collaborative space

Récup’ industrielle, ventes aux enchères et réparation

Qu’est-ce que c’est ?

L’Electrolab récupère, rachète aux enchères et répare une multitude de machines et autres équipements pour améliorer le hackerspace.

Concrètement ?

Une entreprise, une usine qui ferme et doit être débarrassée de ses machines et outils ? Vous pouvez appeler l’Electrolab pour une “opex” ou “opération spéciale”. Le hackerspace sollicitera sa communauté pour mettre le matériel sur palettes et amener à l’atelier ces machines à moindre coût. L’équipe participe également à des ventes aux enchères pour être à l’affût de nouvelles machines, qui demanderont parfois de longues réparations, prétexte pour eux pour apprendre à s’en servir et améliorer le tout si besoin.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Plutôt que d’acheter du neuf à prix fort, récupérer, racheter et réparer sont autant de manières d’équiper son atelier à moindres frais, tout en impliquant les membres de la communauté. Encore faut-il savoir où chercher !


Location de boxs à des entreprises

Qu’est-ce que c’est ?

Depuis plus d’un an, l’Electrolab a ouvert ses portes aux entreprises désireuses de concevoir, prototyper et développer un produit technologique potentiellement voué à avoir par la suite une réalité économique et commerciale.

Concrètement ?

Trois structures sont actuellement installées dans ce que l’on appelle des “boxs entreprise” qui sont des espaces privatifs à louer au sein de l’Electrolab. En plus des bureaux et des aménagements classiques d’une pépinière d’entreprise (accès 24/7, internet très haut débit, espace de détente convivial, salles de réunion), elles bénéficient (après formation et sur réservation) de l’accès aux équipements dont l’atelier dispose. Ce qui leur permet de prototyper leur projet à bas coût et de manière efficace.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Après exactement un an de vie au sein de l’Electrolab, Risebox présente dans une interview ses premiers prototypes et nous fait part de son retour d’expérience sur la vie d’une entreprise au sein d’un hackerspace.


Système de parrainage entre les membres

Qu’est-ce que c’est ?

L’Electrolab a mis en place un système de parrainage entre les membres du hackerspace et les nouveaux arrivants.

Concrètement ?

Ce système de parrainage (non obligatoire bien sûr) offre la possibilité aux nouveaux adhérents de l’association d’avoir un des membres de la communauté comme référent. L’enjeu est d’avoir une personne côté utilisateur (et non côté équipe) à qui poser des questions, qui peut témoigner de ce qu’elle fait, de comment elle est arrivée, de comment elle s’y prend au quotidien.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Le système de parrainage a un double intérêt : libérer l’équipe encadrante du lieu tout en connectant les membres du hackerspace. Les retours sont très positifs de la part de ceux qui ne sont pas encore des vétérans, mais déjà des utilisateurs réguliers. Cela crée des connexions, de l’engagement, et de la diffusion parmi les différents cercles.


Discover other workshops MakerTour explored

FacLab

Fab Lab ouvert, gratuit et contributif

Gennevilliers, France
Fab Lab School workshop

Draft Ateliers

Atelier de fabrication et d'innovation pour créateurs entreprenants

Paris, France
Makerspace Coworking space

WoMa

Fabrique de quartier et coworking

Paris, France
Fab Lab Makerspace Coworking space